Mémorandum du RBDH en vue des élections régionales du 26 mai 2019

C’est l’occasion pour le Rassemblement Bruxellois pour le Droit à l’Habitat (RBDH) de revenir sur ses principales revendications, qui découlent toutes du droit pour chacun et chacune de se loger décemment, à un prix abordable. Le document se base sur quatre choix fondamentaux, pour une meilleure politique du logement en région bruxelloise, décliné en 7 propositions concrètes. Il serait trop long de vous résumer tout ceci en quelques lignes, mais nous ne pouvons que soutenir la plate-forme  dans sa démarche, la FéBUL allant dans le même sens : nous allons sortir notre manifeste dans les semaines qui viennent… Nous ne manquerons pas de vous tenir au courant de cette initiative lorsque le document sera finalisé.

Mais laissons la parole au RBDH, via quelques extraits de l’introduction de leur Mémorandum 2019 :

« Disposer d’un logement décent et abordable est une préoccupation majeure pour la plupart des familles bruxelloises. Les prix de location et de vente à Bruxelles continuent d'augmenter.  Pourtant, un tiers des Bruxellois doit vivre avec un revenu inférieur au seuil de risque de pauvreté 1 ».   

« Les 52 associations-membres du Rassemblement Bruxellois pour le Droit à l’Habitat œuvrent au quotidien pour soutenir les Bruxellois qui sont à la recherche d’un logement décent et abordable. Cela via un accompagnement social, des conseils juridiques, des conseils de rénovations, une offre de logements, la mise en place de projets innovants… »

« Mais l’écart grandissant entre les faibles revenus des Bruxellois et la forte hausse des prix de location et de vente, combinés avec une offre de logements sociaux insuffisante, conduit plusieurs dizaines de milliers de ménages bruxellois à habiter des logements inadaptés à leur composition familiale, insalubres et/ou trop chers, les amenant à consacrer souvent bien plus du tiers de leurs revenus au paiement d’un loyer ou au remboursement d’un prêt hypothécaire. La politique du logement bruxelloise de ces 20 dernières années n’a pas pu inverser fondamentalement cette insoutenable crise du logement. »

« Dans les années à venir, la pression sur le marché du logement à Bruxelles continuera même à s’accroître. Le Bureau de planification prévoit que le nombre de ménages bruxellois augmentera d’environ 3.500 par an d’ici 2040. » 

« Les politiciens bruxellois se trouvent aujourd’hui devant un défi de taille : réussir enfin à renverser la crise du logement. Ceci n’est possible que si des choix fondamentaux sont faits. »

Toutes les informations en cliquant sur le lien suivant: http://www.rbdh-bbrow.be/spip.php?rubrique240&lang=fr

_____

Baromètre du bien-être 2017, Observatoire de Bruxelles sur la santé et le bien-être.