Une brique dans la gueule | Microfestival 

 

Où que l’on se situe dans l’action sociale,

on finit toujours par retomber sur le problème du logement !

 

« Une brique dans la gueule » , c’est une initiative de la Maison de Quartier Bonnevie, du Centre Vidéo de Bruxelles (CVB), de la Fédération des Services Sociaux (FDSS), de la Fédération bruxelloise de l’Union pour le Logement (FéBUL), d'Inter-Environnement Bruxelles (IEB) et du Rassemblement Bruxellois pour le Droit à l’Habitat (RBDH).

« Une brique dans la gueule » , ça commence le 22 mars 2019 avec une après-midi dédiée au milieu associatif, tous secteurs confondus. Nous voulons ouvrir les imaginaires, et créer un nouvel élan pour le droit au logement… avec vous !

S’INSCRIRE*

* Inscription gratuite, mais obligatoire

  Le site du MicroFestival

Pssst : ça ne s’arrête pas là. Le  23 mars, à 14h, une balade urbaine est organisée sur les enjeux du logement à Bruxelles au cœur du quartier populaire de Cureghem.

 

 

PROGRAMME 

Le micro festival « Une brique dans la gueule » 

Ça se passe le vendredi 22 mars 2019, à la Tour à Plomb,

Rue de l'Abattoir 24, 1000 Bruxelles

 

13:30

Accueil

 

14:00 – 15:30

Projection du film ‘Jeu de Loi' et interventions du RBDH et la FéBUL

sur la crise du logement à Bruxelles et nos propositions de solutions

Trailer

 

15:30 – 18:00

Moment de réflexion

pour créer du lien et ouvrir l’imaginaire des luttes

 

18:00 – 20:00

Drink et petite restauration

Prix libre

 

20:00 – 22:00

Projection du documentaire

The Water Front

Trailer

Débat sur le logement et la précarité énergétique

 

Manifeste 2019 de la FéBUL 

Pour une politique du logement qui respecte les bruxellois 

La FéBUL fédère et développe une force de propositions collective. Elle a écrit un manifeste qui reprend les revendications et pistes de solutions concrètes et innovantes en matière de droit au logement. 

 

  • Un encadrement des loyers, au minimum dans les zones où un investissement public a été opéré en vue de revaloriser et réhabiliter les quartiers.
  • Pas d’expulsion sans véritable solution de relogement !
  • Un permis locatif pour tous les logements mis en location sur le marché privé et obtenu préalablement à la signature d’un bail.
  • Une politique ambitieuse de rénovations des logements en vue d’évincer la précarité énergétique des locataires et des propriétaires occupants.
  • Une gestion efficace et efficiente des dossiers de demandes de primes !
  • Des seuils minimaux de performance énergétique comme prérequis à la location !
  • Une information claire et massive sur les aides existantes et les procédures.
  • Une production massive de logements sociaux avec un seuil minimum de 25% du parc immobilier locatif bruxellois !
  • L’instauration d’un quota unique pour les logements communaux à finalité sociale produits dans différents dispositifs ou d’initiatives locales.
  • Limiter l’effet pervers des programmes de rénovation urbaine et lutter ainsi contre la gentrification !
  • Un financement des AIS proportionnel et adapté aux grands logements.
  • Une souplesse en vue du développement des projets spécifiques et innovants au sein des AIS.
  • Lutter contre le vide en renforçant et en appliquant les outils réglementaires existants !
  • Affecter les revenus de la taxe et de l’amende pour immeuble inoccupés directement pour des projets de logements à finalité sociale.
  • Actionner les mécanismes de sanctions financières contre la multitude de bureaux vides.
  • Un financement pérenne de l’Agence Occupations Temporaires Régionale !
  • La systématisation des conventions d’occupations temporaires à finalité sociale dans le bâti public !
  • Faciliter l’accès aux données du cadastre pour les associations agréées qui luttent contre le vide.
  • Un financement structurel du CLTB.
  • Un pas plus loin dans la lutte contre les discriminations dans l’accès au logement, notamment via l’établissement d’une liste claire et précise des documents qu’un propriétaire peut exiger des locataires.
  • La mise sur pied d’une commission paritaire locative ayant des missions et compétences d’expertise et de médiation !
  • L’accessibilité effective de tous à la Justice !
  • La promotion des services de médiation locale…
  • Une allocation-loyer véritablement généralisée et sans condition de bâti, ni de loyer !
  • Un accès aux dispositifs de logements publics et subsidiés pour tous, y compris les sans-papier.

 

Pour la réalisation effective du droit au logement, nous sommes prêts ! 

Si vous voulez en savoir plus, téléchargez le manifeste complet ici

Mémorandum du RBDH en vue des élections régionales du 26 mai 2019

C’est l’occasion pour le Rassemblement Bruxellois pour le Droit à l’Habitat (RBDH) de revenir sur ses principales revendications, qui découlent toutes du droit pour chacun et chacune de se loger décemment, à un prix abordable. Le document se base sur quatre choix fondamentaux, pour une meilleure politique du logement en région bruxelloise, décliné en 7 propositions concrètes. Il serait trop long de vous résumer tout ceci en quelques lignes, mais nous ne pouvons que soutenir la plate-forme  dans sa démarche, la FéBUL allant dans le même sens : nous allons sortir notre manifeste dans les semaines qui viennent… Nous ne manquerons pas de vous tenir au courant de cette initiative lorsque le document sera finalisé.

Mais laissons la parole au RBDH, via quelques extraits de l’introduction de leur Mémorandum 2019 :

« Disposer d’un logement décent et abordable est une préoccupation majeure pour la plupart des familles bruxelloises. Les prix de location et de vente à Bruxelles continuent d'augmenter.  Pourtant, un tiers des Bruxellois doit vivre avec un revenu inférieur au seuil de risque de pauvreté 1 ».   

« Les 52 associations-membres du Rassemblement Bruxellois pour le Droit à l’Habitat œuvrent au quotidien pour soutenir les Bruxellois qui sont à la recherche d’un logement décent et abordable. Cela via un accompagnement social, des conseils juridiques, des conseils de rénovations, une offre de logements, la mise en place de projets innovants… »

« Mais l’écart grandissant entre les faibles revenus des Bruxellois et la forte hausse des prix de location et de vente, combinés avec une offre de logements sociaux insuffisante, conduit plusieurs dizaines de milliers de ménages bruxellois à habiter des logements inadaptés à leur composition familiale, insalubres et/ou trop chers, les amenant à consacrer souvent bien plus du tiers de leurs revenus au paiement d’un loyer ou au remboursement d’un prêt hypothécaire. La politique du logement bruxelloise de ces 20 dernières années n’a pas pu inverser fondamentalement cette insoutenable crise du logement. »

« Dans les années à venir, la pression sur le marché du logement à Bruxelles continuera même à s’accroître. Le Bureau de planification prévoit que le nombre de ménages bruxellois augmentera d’environ 3.500 par an d’ici 2040. » 

« Les politiciens bruxellois se trouvent aujourd’hui devant un défi de taille : réussir enfin à renverser la crise du logement. Ceci n’est possible que si des choix fondamentaux sont faits. »

Toutes les informations en cliquant sur le lien suivant: http://www.rbdh-bbrow.be/spip.php?rubrique240&lang=fr

_____

Baromètre du bien-être 2017, Observatoire de Bruxelles sur la santé et le bien-être.

 

La FéBUL a participé à la fête annuelle de SOS Migrants

Le 14 décembre dernier, la Fébul a participé à la fête annuelle de SOS Migrants qui avait choisi comme thème de débat "le droit au logement pour tous". Ce moment a été l'occasion de rappeler que le droit au logement est universel. Nous connaissons tous la crise du logement abordable, la discrimination à la location pour les personnes les plus en difficultés économiquement. 

Nous connaissons moins ou nous ne voulons pas voir la grande difficulté des migrants sans frontières et surtout sans papiers. Pour eux, pas d'autres solutions que le squat sauvage, les grandes occupations politiques ou le réseau de la plateforme citoyenne. 

Dans tous les cas, ne pas avoir un lieu privé décent que l'on peut investir plus qu'une nuit, ou quelques semaines, contribue à fragiliser les personnes. 

La Voix des Sans Papiers (VSP) appelle à l'aide à un logement durable, à la solidarité et surtout à encore plus de mobilisation solidaire. Pour ne pas déforcer l'action politique, VSP souhaite rester en grand groupe, et plaide pour un lobbying intense pour obtenir un lieu d'occupation stable et de longue durée. Ce ne sont pas les bâtiments qui manquent, c'est de la responsabilité politique forte et courageuse!

PCS : perspectives 2019

Le vendredi 14 décembre dernier, nous avons procédé à l’évaluation des formations de l’année à destination des travailleurs PCS et SISP. L’occasion également de se pencher sur le programme de l’année à venir.

Afin de clôturer l’année 2018, nous avons proposé aux travailleurs des SISP et PCS la traditionnelle évaluation de fin d’année en passant en revue toutes les formations et échanges de pratique qui ont été proposés durant l’année. C’est un moment important de prise de recul afin d’avoir une vision d’ensemble sur le programme de l’année écoulée. Tant au niveau de la forme que du contenu, les travailleurs ont été amenés à s’exprimer librement. C’était également l’occasion de se pencher sur l’année à venir car en effet, nous nous inspirons des idées et recommandations émises par les travailleurs afin d’établir le programme de formations à venir et de répondre ainsi aux besoins des travailleurs. 

2019 s’annonce d’emblée riche, tant au niveau de la forme que de la pluralité des thématiques suggérées. Un calendrier de formations sera prochainement mis en ligne.

Pour conclure, il convient de rappeler que notre mission est de soutenir et d’accompagner  les travailleurs de terrain à travers leurs questionnements et leurs réflexions et ce toujours dans une vision progressiste du travail social collectif et communautaire.